lundi 7 mars 2016

Facteurs de réchauffement climatique



Le facteur de réchauffement climatique, nommé "potentiel de réchauffement planétaire, ou global" (PRP ou PRG) permet de comparer la puissance des divers gaz à effet de serre. Le potentiel des gaz est comparé à l'effet du gaz carbonique (CO2) qui est le gaz le plus omniprésent. En anglais on utilise GWP pour Global Warming Potential; une définition complète du paramètre se trouve au chap, 8,7 du rapport du GIEC (pp.710-720).

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé en 1988; il publie régulièrement des rapports sur la situation planétaire à la lumière des dernières recherches effectuées à l'échelle mondiale. Son cinquième rapport fait le bilan des données de l'année 2013 et il a été adopté et publié en 2014.


Pour le méthane, le facteur a été bien analysé dans un bulletin de l'AQLPA dont nous reproduisons ci-dessous le tableau des valeurs attribuées au deux sources de méthane (CH4):


Dans le chapitre 8 du rapport du GIEC (voir le tableau page 731), on cite deux valeurs très proches mais légèrement différentes: 84 et 85 pour le CH4.  Que ce soit 85 ou 87, la valeur révisée pour le méthane fossile est significative. 

On peut constater que le GIEC a révisé à la hausse les valeurs du PRG attribuées au méthane; de plus il distingue maintenant l'effet du méthane biogénique (celui produit par la décomposition de la matière organique), de l'effet du méthane fossile, c'est-à-dire celui qui émane des gisements d'hydrocarbures. Dans ce dernier cas, il y a toujours une petite proportion d'autres gaz (éthane, propane, etc.).

L'éthane est le deuxième gaz présent dans le gaz qui s'échappe des puits qui ont des fuites.  Il peut couramment être un constituant de 10% du gaz naturel. Je n'ai pas encore trouvé les valeurs actualisées des facteurs PRG pour l'éthane et le propane*.

Dans l'urgence d'intervenir d'ici 2040 pour réduire les gaz à effet de serre, il est devenu évident que les valeurs à prendre en considération dans le cas du méthane sont celles de l'horizon de 20 ans. Le choix de comparer les gaz sur un horizon de 100 ans date de 1995 et n'est plus justifié aujourd'hui. Le MDDELCC continue de véhiculer la valeur 22 ou 25 comme facteur pour le méthane. C'est l'ancienne valeur sur l'horizon de 100 ans; elle est quatre fois plus petite que la valeur 87 (ou 85) qui elle représente la réalité de façon plus pertinente. Au gouvernement, c'est une façon de minimiser l'impact réel des fuites de méthane dans les divers rapports, notamment ceux dont la publication visait à promouvoir le potentiel d'exploitation des shales au Québec: l'Utica dans les Basses-Terres du St-Laurent et le shale Macasty à Anticosti. On a minimisé ainsi le coût réel des externalités des fuites de méthane dans le rapport ATVSO2 pour lequel j'ai fait un résumé critique.

Le développement des gisements marginaux d'hydrocarbures de roches mère (shales),  pour lesquels l'emploi massif et étendu de la fracturation hydraulique est incontournable, sera responsable d'une partie très significative de l'élévation de la température mondiale des prochaines décennies. La raison principale tient au méthane qui fuit pendant les opérations d'extraction et aussi après la fin de l'extraction. On peut penser qu'après l'exploitation ce sera un problème insurmontable, car pendant l'exploitation active il y a sur place un certain contrôle possible des fuites et un captage du gaz pour le diriger vers des torchères; mais après il n'y a plus que des champs immenses de dizaines de milliers de puits à l'abandon. On a pour l'instant que des mesures du méthane reliées à l'extraction dans quelques secteurs actifs aux USA et c'est déjà considérable comme impact. La décennie 2005-15 a été celle du boom pétrolier et gazier lié à la fracturation. La décennie qui suit 2015-25 sera celle de l'éclatement de la bulle "fracking" et du déclin de la production. Les décennies qui suivront ensuite seront celles de la très lourde facture que représenteront toutes ces énormes étendues fracturées d'où le méthane continuera de fuir massivement, car oui c'est une certitude les puits bouchés ne sont pas éternels.

____________________________

* une source non vérifiable attribue un facteur PRG de 3,3 au propane et 6,0 à l'éthane

2 commentaires:

  1. Merci pour vos articles qui sont une bonne source d'informations pour comprendre les dessous (techniques) des dangers de l'industrie du gaz de schiste et pouvoir répondre à l'argumentaire bien rodé des gens qui la soutiennent. Bonne continuation

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire. N'hésitez pas à diffuser ces informations en donnant le lien vers ce blogue. Vos questions et commentaires sont toujours bienvenus.

      Effacer

Vos questions et vos commentaires sont bienvenus.