mardi 1 septembre 2015

Billet de septembre 2015 - Un bilan de ce blogue après un an

Il y a bientôt un an que j'ai commencé ce blog. Je profite donc du billet de ce mois-ci pour faire un bilan. Je suis agréablement surpris du taux de fréquentation. Au moment où j'écris ce texte le décompte atteint 24000. Je traite en général des questions d'hydrocarbures, gaz et pétrole de schiste, dans des documents qui sont mis en ligne et que vous pouvez lire directement. Mes documents sont écrits en français pour la plupart; je les destine aux personnes intéressées par les problèmes des gaz de schiste dans les pays de la francophonie.

En décembre dernier, mon billet traitait plus spécifiquement des questions reliées aux trois pays du Maghreb: Algérie, Libye et Tunisie. Les questions reliées à la fracturation hydraulique et à ses conséquences à long terme revêtent un caractère universel. Je suis heureux de voir que des lecteurs ailleurs qu'au Canada ont trouvé mes documents intéressants. J'ai pu constater que ce premier document écrit spécifiquement pour des questions reliées au gaz de schiste dans le contexte du Sahara septentrional a trouvé un large écho; c'est en effet sur mes pages le texte qui a reçu le plus de consultations.

En juillet 2015, j'ai placé à titre expérimental en haut à droite de ma page un gadget qui permet une traduction informatisée. Cette application permet la traduction du français vers une foule d'autres langues. Mais c'est bien sûr vers l'anglais qu'il y a eu le plus de fréquentation. Comme le montre la figure ci-dessous il y a énormément de consultations de ma page le mois dernier maintenant qu'il est possible de la traduire vers l'anglais.  Les États-Unis sont devenus le principal pays d'où proviennent les consultations de mes pages.



La traduction par ordinateur de textes techniques est certainement une chose fort complexe. Je ne me fais pas d'illusions quant à la qualité du document qui apparaît alors dans une autre langue que celle du texte traduit. Pour l'instant le but que vise cette possibilité de traduction est essentiellement d'attirer l'attention des personnes qui cherchent sur le Web des documents écrits par un expert totalement indépendant de l'industrie et également indépendant des groupes de pression. J'expose des données techniques le plus simplement possible, en tentant de vulgariser des notions souvent fort complexes.

C'est ouverture vers le public de langue anglaise n'est pas une première, car j'ai déjà créé en 2012 un site où les principaux documents que j'ai écrit sont disponibles dans une version anglaise.

Je souhaite néanmoins connaître l'opinion des lecteurs anglophones qui actuellement consultent mes pages. N'hésitez pas d'ajouter des commentaires pour m'informer des difficultés de compréhension que cette traduction automatisée peut présenter à la lecture. Je tenterai éventuellement avec l'aide de collaborateurs de fournir des traductions plus rigoureuses de mes documents si la demande pour des versions anglaises se manifeste. En attendant je suis très heureux de voir que les lecteurs affluent et qu'on pourra prendre connaissance en plus grand nombre des divers documents que j'ai mis sur ces pages.

Malgré les lacunes d'une traduction faite par ordinateur, je serais assez content de voir par exemple que 80 % du texte est reflété assez fidèlement dans la traduction. Il y a sans doute une portion de 20 % du document traduit qui pourra paraitre assez peu claire, étant donné les lacunes de ce type de traduction. Si les trois quarts de mon texte devient lisible, c'est néanmoins beaucoup mieux que rien du tout.

Quand j'ai commencé à écrire ces documents techniques en français, il n'y avait à peu près rien, aucune ressource objective disponible pour expliquer des notions géologiques et géotechniques relatives à la fracturation hydraulique et à l'extraction du gaz de schiste. J'ai donc écrit mes documents spécifiquement pour combler un besoin de documentation objective dans ces questions qui sont débattues fortement au Québec depuis 2010.

Cependant les problèmes techniques géologiques liés à la fracturation hydraulique et à l'extraction des hydrocarbures des gisements non conventionnels sont très souvent des questions qui ont un caractère universel. Il y a des spécificités locales dans le shale de l'Utica du Québec et dans le shale Macasty à Anticosti; elles sont abondamment traitées dans mes pages. Mais il y a beaucoup d'éléments qui s'appliquent également aux autres gisements dont on envisage l'exploitation ailleurs dans le monde.

Il semble donc qu'il il y a un intérêt généralisé pour les questions que j'ai traitées au cours des mois précédents. Je continuerai à rédiger chaque mois un nouveau texte pour traiter de façon scientifique et de façon objective les problèmes posés par l'exploitation des pétrole et gaz de schiste.

Il y avait un besoin dans le monde francophone de diffuser ce type d'information, comme le montre le taux élevé de fréquentation de mes pages.  En à peine 12 mois elle atteint la valeur de 24000, ça signifie 2000 par mois. Cette valeur est en hausse depuis qu'une application permet de faire la traduction de mes pages. Il y a maintenant un intérêt certain deux fois plus important du côté des États-Unis.

Pour rédiger des textes techniques suffisamment clairs et objectifs, j'ai besoin évidemment de données techniques provenant de sources fiables. Au Québec, le gouvernement a créé diverses commissions pour collecter  les données, enquêter, les publier. J'ai analysé soigneusement ces contenus. Pour pouvoir traiter avec la même rigueur des cas dans les pays autres que le Québec, il me faut évidemment ce même type de données. J'ai fait ce travail pour le Sahara septentrional. Je pourrais le faire éventuellement pour d'autres gisements en Amérique du Nord, ou ailleurs dans le monde, en autant que je puisse trouver, ou qu'on puisse me fournir, des éléments d'analyse. Ces éléments d'analyse sont par exemple les mesures de l'extension de la fracturation par le monitoring microsismique.

Ce type de données est rarement publié, les compagnies gardant jalousement ces informations pour elles-mêmes. Si des lecteurs de ces pages m'envoient des données relatives à un gisement particulier, je pourrais éventuellement les analyser de façon objective et en faire le sujet d'un prochain document.

1 commentaire:

  1. Six mois après avoir publié le texte ci-dessus, je constate que le taux de fréquentation est passé de 2000 à 3000 par mois. L'auditoire est maintenant très diversifié: Australie, Taiwan, Russie, Pologne, Inde, Brésil etc. s'ajoutent maintenant à Canada, France, Algérie, dans la liste des lieux où le nombre de consultations dépassent 500. Le dernier décompte des consultations s'approche de 44000.

    RépondreSupprimer

Vos questions et vos commentaires sont bienvenus.